℃-ute un peu, chiner pas mal… (19 novembre)

On reste à Tōkyō pour une nouvelle journée pas furieuse : chinage et mini-live des ℃-ute au Sunshine City.

Comme hier, je ne me lève pas super tôt, blogue un peu et bosse pas mal la suite de mon programme. Vers 14h, airv, un autre Français en vacances ici passe une tête pour récupérer quelques affaires. Il bouge pas mal et nous a laissé sa valise à la bambou. Je pars peu après lui direction Shinjuku, car je veux aller découvrir le magasin Disk Union et c’est presque sur ma route pour l’event qui suit. Alors, Disk Union, bah c’est une chaîne de disquaires, comme vous pouvez le deviner. On est toujours dans des tirages plutôt d’occasion et assez anciens, comme Recofan ou Book Off, mais ici la thématique est plus internationale et surtout beaucoup plus pointue. Genre à Shinjuku  vous avez une boutique de 7 étages et 4-5 antennes dans le quartier : chaque étage ou antenne couvre un thème différent : punk rock, post rock, Amérique du sud, rock indies des année 60-70… Le tout généralement trié par pays. Si vous êtes un peu fouineur, fan d’un label en particulier du trucmuchistant, c’est sûrement dans ces enseignes que vous trouverez votre bonheur. Personnellement, étant plus pop ou rock récent et relativement mainstream, je passe assez vite mon chemin mais note l’adresse pour des éventuelles recherches futures. Sur ce, j’ai un peu tardé et j’accélère pour être en avance au mini-live des ℃-ute. Manque de bol, je ne connais pas par cœur le chemin du Sunshine et mon GPS me paume plus qu’autre chose… Finalement, je n’arrive qu’un quart d’heure avant. C’est déjà noir de monde mais je finis par trouver une vue pas trop mal au quatrième étage.

Le Disk Union principal à Shinjuku

Le Disk Union principal à Shinjuku

Bon, quelques explications pour ceux qui ne connaissent pas ce grand classique. Nous sommes au Sunshine City, un complexe avec notamment un grand centre commercial sur cinq étages. L’immeuble est un des plus grands du coin et on trouve à son sommet un aquarium, que je suis allé visiter l’année dernière. Dans ce centre commercial, il y a un grand patio carré (il y a même un bassin mais on est sous un toit fermé par contre) qui traverse toute la hauteur du bâtiment. À chaque étage, vous trouvez des barrières vous permettant de voir assez confortablement ce qui se passe dans ce patio. Et du coup, dans un espace très restreint, vous avez de places pour profiter d’un événement pour quatre à cinq cent personnes. Idéal pour les event de lancement de singles. Un artiste lance un nouveau titre, il vient l’interpréter ici, le public peut le voir gratis, le cadre est sympa et assez grand pour accueillir la presse, c’est ainsi devenu un classique pour le Hello! Project, qui combine toujours cela avec un truc pour les fans, genre handshake et mini-live comme aujourd’hui.

Des gens attendent. Beaucoup de gens...

Des gens attendent. Beaucoup de gens…

Bon, comme je l’ai déjà dit pas mal de fois, c’est un peu l’enfer côté accès aux events et concerts du Hello! Project et j’ai eu la flemme de me lever à 4h du mat pour être sûr d’avoir un ticket pour l’événement du soir, donc je ne viens qu’en touriste. Je verrai ainsi le show trois étages au dessus du groupe et plutôt sur le côté. Après une petite répétition, c’est parti. Le groupe arrive et fait son dernier titre, très sympa. Puis voir de si haut est loin d’être inintéressant : la vision des chorégraphies est améliorée et on remarque des détails de placement, de transfert de position etc. qu’on rate habituellement de face. Sinon, après une chouette setlist (du canard, du bacon, de quoi s’ouvrir l’appétit…), le groupe découvre un portrait de lui même en pixel art mais, a priori, avec des boîtes de chocolat si j’ai tout suivi. C’est assez réussi. Un peu de blabla, l’autre face A du dernier single et c’est fini !

Je reste un peu pour apprécier de mon point de vue de micro journaliste idol la débauche monstrueuse de moyens pour la couverture. Ce n’est qu’un event mais il y a vingt cinq à trente presses qui rejoignent le groupe au milieu du patio pour quelques interviews. Tout le monde bossent en même temps, seules deux ou trois personnes posent les questions, c’est plié en un quart d’heure, je me demande bien comment ils préparent ça pour que cela soit aussi fluide. Ah tiens, je n’ai pas évoqué le staff présent. Pour une heure d’event, il y a juste un monde… Rien que dans le staff visible, entre les attachés de presse, les vendeurs au stand de tickets, le staff intervenu pour tenir la mosaïque, les pousseurs du handshake, la technique, on dépasse les vingt personnes. Alors si on ajoute tout ceux qu’on ne voit pas, même sans compter la phase préparatoire…

Enfin bon, ceci étant fait, je redescend au premier étage, jette un coup d’œil au handshake qui vient de commencer (qui est juste violemment speed…) et quitte les lieux. Je veux encore aller faire un tour au Book Off de Shibuya avant de rentrer mais je tombe par hasard sur celui du quartier, bien achalandé. J’y passe du coup une bonne heure à chiner dans les rayons à petit prix et en ressortirai avec une vingtaine de cd… Mes compères m’y ont rejoint et on regagne donc ensemble notre logis. Voilà pour cette journée tranquille, demain on retourne voir les Morning Musume。 pour le dernier concert de la tournée avant le sotsugyō (le concert d’adieu de Michishige Sayumi).

2 reflexions sur “℃-ute un peu, chiner pas mal… (19 novembre)

  1. Pingback: Satoyama & un dernier Berryz (24 novembre) | Linksky.fr

Répondre à Teresa is interested in your profile! Click here: https://link.ac/5Kia100 [hs=9ea4194c065a68c8d3a8aa183f66b461] Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :